Permanences de l'association : les jeudis après-midi, Médiathèque de Dole - 2 rue Bauzonnet - 39100 DOLE

« Et ils pourront estancher leur soif à la fontaine de Dole »

« La petite patrie » : telle est Dole, dont la richesse et la variété des patrimoines étonnent le voyageur de passage. La Médiathèque et les Archives municipales peuvent compter sur le soutien sans faille de leurs Amis pour enrichir leurs collections patrimoniales, une de leurs missions fondamentales que les récentes et appréciables techniques de la numérisation ne doivent pas faire passer au second plan. Le récit fait par M. Robert-Charles Mignerey des activités du club de bibliophilie en est un réjouissant témoignage, et de premier ordre.

Comment acheter ?
En premier lieu, acquérir ce qui a trait à la « patrie » et, finalement, appartient aux Dolois, sans les pesanteurs parfois associées à ce mot. De récentes entrées qui datent de l’année 2011 illustrent à merveille ce jeu de va-et-vient entre l’institution, Dole, ses habitants.
Une acquisition auprès du libraire Henner met en avant le continuateur du relieur dolois Antoine Bauzonnet, Georges Trautz, dont le travail habille une rare édition originale de la collection elzévirienne, L’Aimable mère de Jésus (1671) du R. P. D’Obeilh. Sa provenance est fameuse car l’exemplaire fit partie de la collection d’Alphonse Willems, célèbre bibliographe des Elzevier.

Deux autres acquisitions concernent Dole :
d’abord le don Amoudru, qui concerne un ensemble cohérent d’archives, dessins, estampes, objets même, de ou sur Anatoile Amoudru (1739-1812), architecte et maire de Dole. Il est d’autant plus remarquable qu’un Dolois et Ami, M. Jean-Louis Langrognet, est à l’origine du rapprochement entre le généreux descendant d’Amoudru, qui réside près de Paris et la bibliothèque de la  » petite patrie » doloise. Qu’il en soit ici remercié.
Un autre don, très avancé, vient renforcer les collections des Archives et de la Médiathèque : le don Velin, du nom du collectionneur dolois qui a rassemblé deux ensembles très significatifs pour le paysage dolois et jurassien et pourtant absents ou presque des collections publiques. Le premier consiste en de nombreuses archives de la vie économique doloise (archives d’entreprises, archives sociales et archives techniques, travaux d’imprimeur), qui nous font défaut à l’Hôtel-Dieu. Le deuxième ensemble regroupe plusieurs milliers de cartes postales anciennes qui rappellent que l’histoire n’existe pas sans la notion de territoire et de paysage.
Ce don important présente l’originalité de se faire du vivant du collectionneur tout en lui laissant la jouissance de celui-ci : c’est une donation avec usufruit. Ce cadre présente plusieurs avantages : le destinataire est bien propriétaire mais le donateur continue de profiter de sa collection. Il apporte un complément d’informations et sa collaboration au travail d’inventaire. Il peut préciser l’origine des pièces, qui nous fait si souvent défaut dans les institutions publiques. La donation avec usufruit permet aussi de remercier le donateur de son vivant, ce qui nous semble être la moindre des politesses… Ces enrichissements passés, présents, à venir, permettront, on l’espère, aux Amis, aux Dolois mais aussi à tous les chercheurs et curieux « d’étancher leur soif à la fontaine de Dole », comme le premier imprimeur installé à Dole, le lyonnais Antoine Dominique, l’annonce déjà dans son avant-propos au lecteur de l’Advis du Jappon (1587) premier de ses ouvrages publié à Dole…

Rodolphe Leroy
Directeur de l’Hôtel-Dieu

Laisser un commentaire